DOSSIER : Actualités

Samuel PATY : Mes excuses !

Le conseil municipal a présenté sur le site internet de la mairie ses condoléances à la famille de Samuel PATY.

Aucune médaille ne compense la vie d’un être humain, aucun discours officiel ne peut atténuer le chagrin provoqué par la disparition d’un mari, d’un père, d’un fils.

Au nom de tous les élus Emerainvillois et je pense au nom de tous les français, je désire présenter outre mes condoléances, mes excuses à sa famille.

Cet homme qui avait pour mission de transmettre la connaissance, de transmettre l’histoire de notre pays, a succombé semble-t-il avec un  soutien peu efficace de la part des autorités qui aujourd’hui lui délivrent à titre posthume toutes les médailles possibles.

Il a été victime du silence qui règne dans les établissements d’enseignement (primaire, collège, lycée) dont les responsables ont comme consigne de leur hiérarchie : PAS DE VAGUE.

Il est impensable de croire que les professeurs n’avertissent pas leur principal ou proviseur des problèmes que certains cours (histoire-géographie, éducation civique, SVT, EPS …) font apparaitre dans les classes. De plus, certains enseignants sont confrontés aux questions, remarques, ordres de certains parents qui pensent qu’ils peuvent agir sur leur pédagogie.

Samuel PATY a été aussi victime des dérives du système étatique, la police ayant souvent  des consignes pour ne pas « trop » intervenir afin de ne pas provoquer un soulèvement général des banlieues.

En bref, ce professeur d’histoire a été victime d’un manque de lucidité  de nos hauts fonctionnaires et de nos politiciens qui semblent habiter une autre planète.

Cet homme s’est retrouvé seul et avec peu de soutien face à la barbarie.

Je renouvelle donc mes condoléances pour son exécution et mes excuses à sa famille pour l’absence de protection qui a au moins pour partie causé sa mort.

Alain KELYOR

Retour à liste des courriers