Conseils municipaux

Compte rendu du conseil municipal du 24 Juillet 2009

L’an deux mil neuf, le vingt quatre juillet à vingt heures trente, le Conseil Municipal légalement convoqué s’est réuni à l’hôtel de ville, en séance publique sous la présidence de Monsieur Alain KELYOR, Maire.

ETAIENT PRÉSENTS :

MM Alain KELYOR

Christine MORIN
Pierre PARIZIA
Raphaël CUEVAS
Claude CRESSEND
Edith BORDIER
Michèle BEAUDONNAT
Pierre NICOLAS
Marie CHANTHAPANYA
Françoise SMUDLA
Daniel BREAU

Andrée BOTTASSO
Malek IKHENACHE
Monique MAAH LE DEUN
Nathalie QUINION
Christophe QUINION
Guy BOULLEY
Chantal RONCIN
Pierre PARIZIA
 Michelle FABRIGAT

ETAIENT REPRESENTES

Laetitia MAES-MIERSMAN par  Nathalie QUINION
Bernard LE MEUR par Monique MAAH LE  DEUN
François TERRIER par Pierre PARIZIA
Zouheir JERBI par Alain KELYOR
Sylvie POUPON par Edith BORDIER
Corinne BESSONIES par Guy BOULLEY

ETAIENT ABSENTS


Jacques HULEUX, Pierre GAMET, Jean Francis DAURIAC  et Laurence TALBI      

INVITEES PERMANENTES :
Sylviane BATAILLE

Formant la majorité des membres en exercice.
Madame Monique MAAH LE DEUN est élue secrétaire de séance.
Le quorum étant atteint, le Conseil Municipal peut valablement délibérer.

 

APPROBATION DU COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 27 AVRIL 2009.

Vote à l’unanimité

 N°2009/07/01 : PORTE A CONNAISSANCE DU RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DE LA COMMUNE N°31 DU 1ER AVRIL AU 30 JUIN 2009

Dans un souci d’information aux administrés de la commune, ce document, porté à la connaissance des membres du Conseil Municipal, est consultable au Secrétariat Général.

N°2009/07/02 : AFFECTATION DU RESULTAT DU COMPTE ADMINISTRATIF 2008

Monsieur Pierre PARIZIA, Maire-Adjoint délégué aux Finances, indique aux membres présents la nécessité de procéder à l’affectation du résultat du Compte Administratif 2008,

CONSIDERANT la nécessité d’affecter, en M14, les résultats de l’exercice,

Le Conseil Municipal a arrêté les comptes de l’exercice 2008, en adoptant le Compte Administratif qui fait apparaître :

- un solde d’exécution (déficit) de la section d’investissement de 1 177 093, 31 €, qui, compte tenu des recettes à recevoir
(300 000 € perçus début 2009, mais pour l’exercice 2008) est de 877 093,31 €.

- un résultat (excédent) de la section de fonctionnement de 1 032 635, 53 €

Le résultat de la section de fonctionnement doit faire l’objet d’une affectation par le Conseil Municipal, soit :

  1. en report à nouveau, pour incorporer une partie de ce résultat dans la section de fonctionnement,
  2. en réserve, pour assurer le financement de la section d’investissement,

Il est proposé, au Conseil Municipal, d’affecter le résultat de fonctionnement de l’exercice 2008 :

  1. en réserve, afin de couvrir le solde d’exécution de la section d’investissement,
  2. en report à nouveau, afin d’incorporer le solde du résultat de la section de fonctionnement,

VU le Code Général des Collectivités Territoriales,VU les Budgets Primitifs et Supplémentaires 2008, votés respectivement les 19 Décembre 2007 et 25 août 2008,
VU le Compte Administratif 2008, approuvé par le Conseil Municipal du 27 avril 2009,VU l’avis du Bureau Municipal du 30 juin 2009, VU l’avis de la Commission Finances du 3 juillet 2009

LE CONSEIL MUNICIPAL, APRES EN AVOIR DELIBERE,DECIDE d’affecter le résultat de l’exercice 2008 de la façon suivante :

Article 1068. – Excédent de Fonctionnement capitalisé             877 093,31 €
Article 002.   – Résultat de Fonctionnement reporté                  155 542,22 €

Vote à la majorité :
23 voix pour
2 voix contre (Guy BOULLET- Corinne BESSONIES)

 N°2009/07/03 : Tarification des locations de salles  

Monsieur le Maire indique qu’il convient de voter la tarification des locations de salles ;
Il indique que celles-ci n’ont pas été augmentées depuis 2006, et que les tarifs pratiqués sont parmi les moins chers du Val Maubuée. 

Monsieur le Maire précise que les associations émerainvilloises subventionnées, ainsi que les syndicats de copropriétés bénéficient, 
dans le strict cadre de leurs activités, de la gratuité des prêts de salles.

VU l’avis de la Commission municipale du 25 juin 2009, VU l’avis du Bureau Municipal du 30 juin 2009

LE CONSEIL MUNICIPAL, APRES EN AVOIR DELIBERE, FIXE la tarification des locations de salles comme suit :

ACTIVITES

QUOTIENTS

ANCIENS TARIFS
ANNUELS

NOUVEAUX  TARIFS
ANNUELS

COÛTS ANNUELS
(hors amortissements)

 

 

ARTS PLASTIQUES
Enfants

Dessin, Poterie, Vitrail

A

77

82

 

190 euros/usager

B

92

98

C

97

104

D

109

117

E

115

123

H.C

123

200

 

 

ARTS PLASTIQUES
Adultes

Dessin, Poterie, Vitrail

A

133

142

 

230 euros/usager

B

146

156

C

160

171

D

179

191

E

200

214

H.C

215

300

 

 

CUISINE
au trimestre

A/B

66

25 x3

 

396 euros /usagers

C/D

69

25 x 3

E

75

25x 3

H.C

80

35 x 3

 

 

ATELIER DECO
au trimestre

A / B

-

25 x 3

 

224 euros/usager

C/D

-

30 x 3

E

-

35 x 3

H.C

-

45x 3

 

 

CIRQUE

A/B

63

67

 

250 euros/usagers

C/D

66

71

E

72

77

H.C

82

200

 

 

EMS
3/5 ans

A/B

46

49

 

140 euros/usager

C/D

51

55

E

57

61

H.C

-

-

 

 

EMS
6/12 ans

A/B

51

55

 

160 euros/usagers

C/D

59

63

E

67

72

H.C

-

-

 

 

SESAME CULTUREL
3/5 ans

A/B

-

50

 

110 euros/usager

C/D

-

55

E

-

60

H.C

-

-

 

 

THÊATRE
Enfants

A

75

80

 

120 euros/usagers

B

87

93

C

94

101

D

101

108

E

115

123

H.C

123

200

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACTIVITES

QUOTIENTS

ANCIENS TARIFS
ANNUELS

NOUVEAUX  TARIFS
ANNUELS

COÛTS ANNUELS
(hors amortissements)

 

 

MUSICALES
Enfants

A

153

164

 

645 euros 
par usager

B

168

180

C

180

193

D

205

219

E

219

234

H.C

235

300

 

 

MUSICALES
Adultes

A

184

197

 

645 euros 
par usager

B

217

232

C

247

264

D

287

307

E

297

317

H.C

317

400

 

SOLFEGE

UNIQUE

41

48

130 euros/usager

 

ENSEMBLE MUSICAL

UNIQUE

-

50

130 euros/ usager

 

 

DANSE 
MODERN’JAZZ
&
ORIENTALE
6/12 ans

A

72

77

Modern’Jazz
290 euros/usager

Orientale
150  euros/usager

B

77

82

C

88

94

D

94

101

E

100

107

H.C

107

200

 

 

DANSE 
MODERN’JAZZ
&
ORIENTALE
12/17 ans

A

82

91

Modern’Jazz
290 euros/usager

Orientale
160  euros/usager

B

87

93

C

98

105

D

104

111

E

110

117

H.C

117

200

 

 

DANSE 
MODERN’JAZZ
&
ORIENTALE
Adultes

A

87

93

Modern’Jazz
547 euros/usager

Orientale
170  euros/usager

B

94

101

C

100

107

D

107

115

E

112

120

H.C

123

200

 

 

GYMNASTIQUE

Remise en forme
Gym Tonique
Gym Douce

A

75

80

 

287 euros/usager

B

87

93

C

94

101

D

101

108

E

115

123

H.C

123

200

 

 

EQUITATION

 

A

272

291

 

630 euros/usagers

B

287

307

C

304

325

D

311

333

E

342

366

H.C

357

550

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACTIVITES

QUOTIENTS

ANCIENS TARIFS
ANNUELS

NOUVEAUX  TARIFS
ANNUELS

COÛTS ANNUELS
(hors amortissements)

 

THÊATRE
Adultes

A /B

-

80

 

120 euros/ usager

C/D

-

90

E

-

100

H.C

-

120

 

 

INFORMATIQUE
Par Cycles
(trimestre) 
Word, Excel, Powerpoint,

A/B

-

25 x 3

 

145 euros/usager

C/D

-

30 x 3

E

-

35 x 3

H.C

-

50 x 3

 

 

ECOLE DE TENNIS

 

1 heure

1h30

1 heure

1h30

 

1h00 :
180 euros

1h30 :
205 euros

A/B

160

180

135

145

C/D

160

180

150

160

E

160

180

160

180

H.C

160

180

190

210

 

ATELIERS DE LA 2ème CHANCE

-

15 euros
HC =21 euros

20 
HC = 40

250 euros/usagers

 

 

INITIATION RYTHMIQUE

A

41

 

A et B = 48

 

230 euro/usagers

B

45

C

55

 

Cet D = 65

D

63

E

72

78

HC

82

150

 

 

ATELIER PERCUSSIONS

A

77

82

 

290 euros/usagers

B

87

93

C

95

102

D

102

109

E

107

114

HC

112

200

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vote à l’unanimité

Monsieur le Maire fait remarqué que l’augmentation est minime dans un avenir proche il sera souhaitable de réduire la participation de la commune qui est actuellement très élevée.

Monsieur CRESSEND s’étonne que le coût de certaines activités soit en baisse, la cuisine par exemple.
Monsieur le Maire précise que le prix est au trimestre il convient donc de multiplier le montant par 3.

N°2009/07/05 : Tarification des animations et des spectacles dispensés par l’Espace Saint Exupéry

Monsieur le Maire indique qu’il convient de voter la tarification des animations et des spectacles dispensés par l’Espace Saint Exupéry.
Il indique que ceux-ci sont en cohérence avec la politique culturelle municipale.

VU l’avis de la Commission municipale du 25 juin 2009, VU l’avis du Bureau Municipal du 30 juin 2009

LE CONSEIL MUNICIPAL, APRES EN AVOIR DELIBERE, FIXE la tarification des animations et des spectacles dispensés par l’Espace Saint Exupéry comme suit

2009

5 sept

Sortie Familiale Lille

5 euros

13 sept

Troc & Puces

8 et 12 € les 2 mètres. 40€ pour les professionnels

17 oct

Bourse Puériculture

5 euros les 2 mètres

31 oct

Loto

5 € le carton,  12 € les 3,  20 € les 5

14 nov

Troc Jouets

3 euros le mètre

28 nov

Spectacle Jeune Public

Légende du Manoir 2 et 5 euros

5 déc

Magic’Festival

5 et 10 euros

12 déc

Sortie familiale à Paris

5 euros

 

 

 

 2010

16 Janv

Grand Gala des Arts Martiaux

10 et 5 euros

7 février

Salon des Collectionneurs

Emerainvillois 6 euros / Ext : 10 euros 
les 2 mètres

13 Mars

Théâtre

10 et 5 euros

27 Mars

Spectacle Jeune Public

2 et 5 euros

10 Avril

Dîner Spectacle

30 et 15 euros

8 Mai

Spectacle Jeune Public

2 et 5 euros

29/30 Mai

Festival du Rire

15 euros, Passeport 2 spectacles 25 euros

6 Juin

Vide Greniers

10 et 14 euros, 45 euros pour les professionnels

19 Juin

Fête communale

Thème à définir

20 Juin

Fête de la Musique

Classique au Bourg, Scène Rock à Malnoue

10 Juillet

Sortie Familiale à la mer

5 euros

Septembre

Sortie familiale

5 euros

11 Sept

Forum des Associations

Guy Drut

12 Sept

Trocs et Puces

10 et 14 euros, 45 euros pour les professionnels

16 Oct

Loto

5 € le carton,  12 € les 3 

31Oct

Spectacle J.Public Halloween

2 et 5 euros

27 Nov

Théâtre

10 et 5 euros

4 Déc

Magic’Festival

5 et 10 euros

18 Déc

Sortie familiale à Paris

5 euros

 

INDIQUE que les recettes seront imputées au chapitre 7062- 422- 42202

Vote à l’unanimité

 N°2009/07/06 : demande de subvention régionale dans le cadre de l’Etude Pré opérationnelle de Rénovation Urbaine lié au périmètre ZUS du Bois D’Emery

Dans le cadre de l’Etude de l’opération de Rénovation Urbaine liée au périmètre ZUS (Zone Urbaine Sensible) du Bois d’Emery, il convient, pour prétendre à une éventuelle subvention régionale, que le conseil municipal délibère et approuve cette démarche.

VU l’avis du Bureau Municipal du 30 juin 2009, LE CONSEIL MUNICIPAL, APRES EN AVOIR DELIBERE,APPROUVE, dans le cadre de l‘étude pré-opérationnelle de rénovation Urbaine sur le périmètre ZUS  du Bois d’Emery, la demande de subvention régionale.

Indique que les recettes obtenues seront imputées  sur le compte 7478 30 3011 PV

Vote à l’unanimité

N°2009/07/07 : ACTUALISATION DES TARIFS DE LA REDEVANCE POUR OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC

VU les articles 1311-1 et 2 du Code Général des Collectivités Territoriales, CONSIDERANT que les tarifs n’ont pas été ré actualisés depuis 2006, VU l’avis du bureau municipal du 30 juin 2009,
LE CONSEIL MUNICIPALAPRES EN AVOIR DELIBERE PROPOSE de fixer les tarifs pour occupation du domaine public comme suit :

DETAILS

BENNE :                        15 €        par jour d’occupation

ECHAFAUDAGE :           3 €        par mètre linéaire indivisible par semaine calendaire  indivisible

TERRASSE DE CAFE   15 €       par mètre carré et par an

ETAL PONCTUEL           8 €        par mètre carré et par an

ACCEPTE l’actualisation des tarifs de la redevance pour occupation du domaine public.

FIXE les tarifs pour occupation du domaine public tels que mentionnés ci-dessus.

INDIQUE que ces tarifs seront applicables dès que la présente délibération sera exécutoire.

Le Maire et le Trésorier Principal sont chargés chacun en ce qui les concerne de l’exécution de la présente délibération.

Vote à l’unanimité

N°2009/07/08 : CHANGEMENT DE  DUREE DES  CONCESSIONS EN COLUMBARIUM ET TARIF

La commune a prévu la construction d’un second columbarium de 12 cases dans l’enceinte du cimetière communal.
 
La durée des concessions en columbarium  passerait à 15 ans et 30 ans pour un montant de :

750 €  pour 15 ans

900 € pour 30 ans

Le tarif  des concessions de terrain (délibération N°2007/12/07 du 20/12/2005), des taxes diverses, dépôt en caveau provisoire, exhumation, (délibération N°99/09/03 du 27/09/1999) et des vacations de police (délibération N°2009/03/02 du 03/03/2009) demeurent inchangés.

Les nouveaux tarifs des concessions en columbarium seront applicables à partir 
du 1er septembre 2009.

Les recettes correspondantes seront recouvrées aux articles 70311 et 70312 du budget communal.

Les recettes seront versées au budget du CCAS.

Vote à l’unanimité

N°2009/07/09 : APPROBATION DE LA MODIFICATION DU PLAN D’OCCUPATION DES SOLS EN VUE DE L’INTEGRATION DE LA Z.A.C. D’EMERAINVILLE

Monsieur le Maire rappelle que la ZAC d’Emerainville étant achevée, sa suppression a été décidée par arrêté préfectoral en date du 3 août 2004.

L’élaboration du Plan Local d’Urbanisme étant interrompue, en raison d’un désaccord de fond entre la Commune, l’EPAMARNE et le SAN à propos d’orientations majeures de l’urbanisme communal, 
seule une modification du Plan d’Occupation des Sols actuel permet d’intégrer la ZAC d’Emerainville dans le Plan d’Occupation des Sols. Tel est l’objet de la présente modification du POS d’Emerainville.

La présente modification permet d’adapter l’ancienne règle de la ZAC d’Emerainville, dans un double objectif :

- harmoniser les règles applicables avec celles des autres quartiers comparables sur la Commune,

- introduire la souplesse nécessaire aux demandes d’extension des constructions.

1°) Harmoniser les règles applicables :

La logique réglementaire de la ZAC d’Emerainville était celle des îlots conçus dans une optique opérationnelle privilégiant les modes techniques d’aménagement et de construction.
A cet égard, la présente modification prend en compte le vécu d’un quartier dont il convenait d’harmoniser les règles de constructibilité en se fondant sur les critères majeurs de la forme urbaine et de l’architecture des îlots. 
C’est pourquoi, sont désormais intégrées des règles de Coefficient d’Occupation des Sols, de hauteur et de taille minimale des parcelles justifiées par l’intérêt paysager des divers secteurs de l’ancienne ZAC.

Désormais, le règlement applicable à l’ancienne ZAC rejoint dans sa forme et dans son contenu, le régime de droit commun des quartiers et secteurs comparables au POS communal.

2°) Introduire la souplesse nécessaire aux demandes d’extension des constructions :

Initialement, le droit de construire additionnel fixé par le Règlement d’Aménagement de Zone (RAZ) de la ZAC était calculé en pourcentage (15 %) par rapport à la Surface Hors Œuvre Nette de la construction d’origine. Ce ratio de 15 % présentait trois ordres de difficultés :

a) en premier lieu, il était notoirement inéquitable car il revenait à privilégier l’extension des grandes propriétés et inversement, il réduisait les possibilités d’agrandissement des petits et moyens logements, c'est-à-dire précisément ceux qui en avaient généralement le plus besoin.

b) en second lieu, l’application de ce ratio s’avérait totalement insuffisant au regard des besoins d’extension exprimés par les habitants de logements de l’ordre de 90 à 100 m² de SHON.

c) enfin, la présence de combles aménageables, en maisons individuelles, induisait des demandes de création de nouveaux planchers qui dépassaient les capacités autorisées par ce ratio des 15 %.

Désormais, le quartier est régi par des règles de COS et d’ « extension mesurée » pour un maximum de 30 m² de Surface Hors Œuvre Nette, dans le secteur UBa composé de très petites parcelles. Ces règles introduisent une souplesse en matière d’extension des constructions existantes.

Au total, le contenu de la présente modification du POS va dans le sens d’une relative densification de l’occupation du sol, conformément à l’une des orientations fortes de la loi SRU, confirmée par des volontés 
de la récente loi Engagement Nationale pour le Logement (ENL) du 16 juillet 2006 et le Grenelle de l’environnement de 2007.

A l’issue de l’enquête publique qui s’est déroulée du 19 janvier 2009 au 21 février 2009, le projet de modification du POS a reçu un « avis favorable sous conditions » du Commissaire Enquêteur. Ces conditions sont les suivantes :

1°) Modification de l’article UB 9 en vue de supprimer la contrainte de l’emprise au sol maximale des constructions sur le secteur de maisons individuelles UBa, caractérisé par de très petites parcelles (d’un minimum de 250 m²).

2°) Modification de l’article UB 11 afin d’exonérer les toitures des bâtiments annexes de type garage, abri de jardin, véranda… de l’obligation d’une pente de 35 ° à 45 °.

3°) Rétablissement de la plaine de jeux en NDb (suite à une erreur matérielle de tracé).

4°) Classement de la partie ouest du bois Bricard (zone du chemin du Parc aux bœufs) en NDa.

Ces quatre remarques ont été prises en compte dans le dossier qui est soumis à l’approbation du Conseil Municipal.

Par ailleurs, il est souhaitable de prendre en compte deux remarques inscrites au registre de l’enquête publique :

1°) l’inscription en NDb du square de l’Allée des Mille Et Une Nuits,
2°) la reprise du tableau des superficies de zones dans le rapport de présentation.

Au total, ces six modifications ont été inscrites dans les documents du présent dossier de modification du POS.

Monsieur le Maire invite donc les membres du Conseil Municipal à adopter la modification du POS afin d’intégrer la ZAC d’Emerainville.

VU la loi n° 2006-872 du 13 juillet 2006, portant Engagement National pour le Logement, loi ENL, VU la loi n° 2003-590 du 2 juillet 2003, Loi Urbanisme et Habitat, loi UH, 
VU la loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbain, loi SRU, VU le décret n° 2000-260 du 27 mars 2001 fixant les modalités d’application de la SRU, 
VU le Code de l’Urbanisme et notamment ses articles 123-3 et L 123-19 fixant les modalités de la modification du POS, VU le Code Général des Collectivités Territoriales,
VU le Schéma Directeur de la Région Ile de France approuvé le 26 avril 1994 et le projet de Schéma Directeur de la Région Ile de France adopté le 25 septembre 2008, 
VU le Schéma Directeur Local du Val Maubuée approuvé le 9 avril 1998 et sa procédure de révision lancée le 26 juin 2008, VUl’avis favorable, sous conditions du Commissaire Enquêteur, dans son rapport en date du 8 avril 2009, 
VU l’avis du Bureau Municipal en date du 30 juin 2009, VU l’avis de la commission urbanisme du 7 juillet 2009, CONSIDERANTqu’il convient de prendre en compte les quatre observations du Commissaire Enquêteur, à savoir :

1.- Modification de l’article UB9 en vue de supprimer la contrainte de l’emprise maximale des constructions sur le secteur de maisons individuelles UBa, caractérisé par de très petites parcelles (d’un minimum de 250 m²).

2.- Modification de l’article UB11 afin d’exonérer les toitures des bâtiments annexes de type garage, abris de jardin, vérandas… de l’obligation d’une pente de 35 ° à 45 °.

3.- Rétablissement de la Plaine de Jeux en NDb (suite à une erreur matérielle de tracé).

4.- Classement de la partie ouest du bois Bricard (zone du chemin du Parc aux Bœufs) en NDa.

CONSIDERANT qu’il convient, en outre, de prendre en compte deux remarques portées au registre de l’enquête publique, à savoir :

1.- L’inscription en NDb du square de l’Allée des Mille Et Une Nuits.

2.- La reprise du tableau des superficies de zones dans le rapport de présentation.

CONSIDERANT qu’il y a lieu de modifier le contenu du dossier de la modification du POS afin d’y intégrer les remarques ci-dessus, prises en compte.

APRES EN AVOIR DELIBERELE CONSEIL MUNICIPAL DECIDE d’approuver la modification du POS en vue de l’intégration de la ZAC d’Emerainville.

DIT que cette présente délibération :

- SERA NOTIFIEE à :

  1. Monsieur le Préfet de Seine et Marne,
  2. Monsieur le Président du Conseil Régional d’Ile de France,
  3. Monsieur le Président du Conseil Général de Seine et Marne,
  4. Monsieur le Président de la Chambre d’Agriculture de Seine et Marne,
  5. Monsieur le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie,
  6. Monsieur le Président de la Chambre des Métiers,
  7. Monsieur le Maire de Croissy-Beaubourg,
  8. Monsieur le Maire de Lognes,
  9. Monsieur le Maire de Noisiel,
  10. Madame le Maire de Champs Sur Marne,
  11. Madame le Maire de Pontault-Combault,
  12. Monsieur le Maire de Noisy le Grand,
  13. Madame le Maire de Roissy en Brie,
  14. Monsieur le Président du SAN de Marne la Vallée, Val Maubuée,
  15. Monsieur le Directeur Général d’EPAMARNE.

 

- FERA L’OBJET d’un affichage en Mairie pendant une durée d’un mois. Mention de cette délibération sera insérée en caractères apparents dans un journal diffusé dans le département.

DIT que la présente délibération sera exécutoire à compter de sa réception en Sous-Préfecture et après l’accomplissement des mesures de publicité telles que prévues aux articles R 123-24 et R 123-25 du code de l’urbanisme.

Vote à l’unanimité

 N°2009/07/10 : POURSUITE DE LA REVISION DU PLAN D’OCCUPATION DES SOLS ET DE SA TRANSFORMATION EN PLAN LOCAL D’URBANISME.

Monsieur le Maire rappelle que le Conseil Municipal a, par délibérations :

- n° 2001/11/04 en date du 26 novembre 2001, décidé de prescrire la révision du Plan d’Occupation des Sols, en vue de l’élaboration d’un Plan Local d’Urbanisme,

- n° 2005/04/03 en date du 11 avril 2005, arrêté le projet de Plan Local d’Urbanisme,

- n° 2005/04/02 en date du 11 avril 2005, tiré le bilan suivant de la concertation des habitants qui s’est déroulée dans le cadre de l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme.

Le projet de Plan Local d’urbanisme arrêté a été, conformément à l’article L 123-9 du code de l’urbanisme, transmis aux personnes publiques associées ou consultées. Les avis défavorables émis par certains (dont l’Etat) 
et un désaccord de fond entre la Commune, l’EPAMARNE et le SAN sur un important projet d’urbanisation, nous ont conduit à ne pas le soumettre à enquête publique.

L’élaboration du Plan Local d’Urbanisme a donc été interrompue.

Depuis :

- le projet de Schéma Directeur de la Région Ile de France a été adopté le 25 septembre 2008,

- la procédure de révision du Schéma Directeur Local du Val Maubuée en vue de sa transformation en Schéma de Cohérence Territoriale a été décidée le 26 juin 2008,

- deux mises en révision simplifiées du Plan d’Occupation des Sols, sur les zones UC, bâtiment de l’Orangerie et NDc Rue de l’Ancien Monastère ont été approuvées le 6 mars 2008,

- une mise en révision simplifiée du Plan d’Occupation des Sols, sur la zone NDa, Boulevard du Clos de l’Aumône a été prescrite le 27 avril 2009,
- la modification du Plan d’Occupation des Sols en vue de l’intégration de la ZAC d’Emerainville a été approuvée le    juillet 2009.

Monsieur le Maire invite donc les membres du Conseil Municipal à décider la reprise de la procédure d’élaboration du Plan Local d’Urbanisme.

VU la loi n° 2006-872 du 13 juillet 2006, portant Engagement National pour le Logement, loi ENL, VU la loi n° 2003-590 du 2 juillet 2003, Loi Urbanisme et Habitat, loi UH, 
VU la loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbain, loi SRU, VU le décret n° 2000-260 du 27 mars 2001 fixant les modalités d’application de la SRU, 
VU le Code de l’Urbanisme et notamment ses articles L 123-1 et suivants, R. 123-1 et suivants et L. 300-2, VU le Code Général des Collectivités Territoriales, 
VU le Schéma Directeur de la Région Ile de France approuvé le 26 avril 1994 et le projet de Schéma Directeur de la Région Ile de France adopté le 25 septembre 2008, 
VU le Schéma Directeur Local du Val Maubuée approuvé le 9 avril 1998 et sa procédure de révision lancée le 26 juin 2008, VUl’avis du Bureau Municipal en date du 30 juin 2009, VU l’avis de la commission urbanisme du 7 juillet 2009,

CONSIDERANT qu’il y a lieu de reprendre l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme,

CONSIDERANT qu’il convient de préciser les modalités de la concertation, conformément à l’article L 300-2 du Code de l’Urbanisme et que celle-ci prendra au minimum, la forme :

- d’une exposition en Mairie portant sur les principaux aspects de l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme, avec mise à disposition du public d’un registre d’observations, dès la publication de la présente délibération et jusqu’à l’arrêt du projet par le Conseil Municipal,

- d’une information dans le bulletin municipal destiné au grand public,

- d’une réunion publique présidée par le Maire ou son représentant délégué,

CONSIDERANT que le bilan de la concertation sera tiré dans le cadre d’un Conseil Municipal,

APRES EN AVOIR DELIBERELE CONSEIL MUNICIPAL DECIDE DE :

1°) DE REPRENDRE l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme.

2°) DE CHARGER les membres de la commission municipale du suivi des études de l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme,

3°) D’ENGAGER dès à présent, en vertu de l’article L 300-2 du code de l’urbanisme, une concertation publique avec les habitants, les associations locales agrées et autres personnes 
concernées selon les modalités précitées et ce, pendant toute la période d’élaboration du projet de Plan Local d’Urbanisme, c'est-à-dire jusqu’à son arrêt par le Conseil Municipal.

4°) DE FIXER  les moyens suivants en matière de concertation :

A) Tenue d’une exposition en Mairie portant sur les principaux aspects de l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme, avec mise à disposition du public d’un registre d’observations, dès la publication de la présente délibération et jusqu’à l’arrêt du projet par le Conseil Municipal.

B) Réalisation d’une information dans le bulletin municipal destiné au grand public.

C) Organisation d’une réunion publique présidée par le Maire ou son représentant délégué.

5°) D’ASSOCIER  les services de l’Etat aux travaux d’élaboration du Plan Local d’Urbanisme, conformément à l’article L 123-7 du code de l’urbanisme.

6°) DE CONSULTER les personnes publiques autres que l’Etat qui en auront fait la demande, conformément à l’article L 123-6 du code de l’urbanisme, lors d’une commission de travail qui se réunira aussi souvent qu’il en sera nécessaire et au moins :

1ère réunion : après que le Préfet aura porté à la connaissance de la Commune, les éléments nécessaires à l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme,

2ème réunion : avant que le projet de Plan Local d’Urbanisme ne soit arrêté,

3ème réunion : avant que le projet de Plan Local d’Urbanisme ne soit approuvé.

7°) DE DONNER délégation au Maire pour signer tout contrat, avenant ou convention de prestations de services concernant l’élaboration technique de l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme.

8°) DE SOLLICITER l’Etat afin qu’une dotation soit allouée à la Commune pour couvrir les dépenses nécessaires à l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme.

DIT que la présente délibération sera :

- Transmise à Monsieur le Préfet de Seine et Marne,

- Notifiée à :

  1. Monsieur le Président du Conseil Régional d’Ile de France,
  2. Monsieur le Président du Conseil Général de Seine et Marne,
  3. Monsieur le Président de la Chambre d’Agriculture de Seine et Marne,
  4. Monsieur le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Melun,
  5. Monsieur le Président de la Chambre des Métiers de Meaux,
  6.  Chacun d’entre eux devant faire connaître au Maire, si la personne publique qu’il préside a décidé d’être associée à l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme et dans l’affirmative, désigner à cet effet son représentant,
  7.  Monsieur le Maire de Croissy-Beaubourg,
  8. Monsieur le Maire de Lognes,
  9. Monsieur le Maire de Noisiel,
  10. Madame le Maire de Champs Sur Marne,
  11. Madame le Maire de Pontault-Combault,
  12. Monsieur le Maire de Noisy le Grand,
  13. Madame le Maire de Roissy en Brie,
  14.  Monsieur le Président du SAN de Marne la Vallée, Val Maubuée,
  15. Monsieur le Directeur Général d’EPAMARNE,

Chacun d’entre eux devant faire savoir à Monsieur le Maire s’il désire être consulté sur le projet d’élaboration du Plan Local d’Urbanisme lorsque celui-ci aura été arrêté,

FERA L’OBJET 

  • d’un affichage en Mairie durant une période d’un mois,
  • d’une mention dans un journal diffusé dans le département,
  • d’une publication au recueil des actes administratifs.

 

Vote à l’unanimité

N°2009/07/11 : CESSION PAR EPAMARNE A LA COMMUNE DE LA VOIE D’ACCES A LA GARE, DE L’ACCOTEMENT EST DE LA RUE D’EMERY ET DU PARKING RUE CLOVIS HUGUES

Monsieur le Maire rappelle aux membres du Conseil Municipal que l’Etablissement Public (EPAMARNE) poursuit la procédure de cession des assiettes foncières d’équipements publics à la Commune.

Il propose de rétrocéder la voie d’accès à la Gare, l’accotement Est de la Rue d’Emery et le parking Rue Clovis Hugues, à l’euro symbolique.

LE CONSEIL MUNICIPAL

VU les plan et état parcellaires, VU l’avis du Bureau Municipal en date du 30 juin 2009, CONSIDERANT qu’il y a lieu de procéder à la rétrocession de la voie d’accès à la Gare, de l’accotement Est de la Rue d’Emery et du parking Rue Clovis Hugues, APRES EN AVOIR DELIBERE

ACCEPTE  la rétrocession la voie d’accès à la Gare, l’accotement Est de la Rue d’Emery et le parking Rue Clovis Hugues.

AUTORISE  Monsieur le Maire à signer tout acte ou document concernant ladite rétrocession.

DIT que cette cession s’effectuera à l’euro symbolique.

Vote à l’unanimité

N°2009/07/12 : CREATION D’UN POSTE DE CONTROLEUR PRINCIPAL DE TRAVAUX

VU la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires, VU la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la Fonction Publique Territoriale, 
CONSIDERANT qu’il convient de créer un poste de contrôleur principal de travaux pour les services techniques,

DECIDE         de créer un poste de contrôleur principal de travaux,

EFFECTIF      Avant création                        0

                        Après création                      1

PRECISE       que cette création prendra effet au 6 septembre 2009

DIT que les crédits relevant de la présente délibération sont inscrits au budget de l’exercice 2009.

Vote à l’unanimité

N°2009/07/13 : CREATION D’UN POSTE DE PUERICULTRICE CADRE DE SANTE

VU la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires, VU la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la Fonction Publique Territoriale,
CONSIDERANT qu’il convient de créer un poste de puéricultrice cadre de santé pour le service petite enfance,

DECIDE         de créer un poste de puéricultrice cadre de santé,

EFFECTIF      Avant création                        0

                        Après création                      1

PRECISE       que cette création prendra effet au 1er septembre 2009

DIT que les crédits relevant de la présente délibération sont inscrits au budget de l’exercice 2009.

Vote à l’unamité

 Clôture de la séance à 21heures 30