Actualité

Commémoration du 11 novembre : Le discours du Maire

« Devant les heures difficiles que nous traversons depuis plusieurs mois,

Devant l’impossibilité sanitaire d’accueillir aujourd’hui, comme il se doit nos écoliers et nos collégiens,

Votre présence, si réduite soit-elle, est un véritable témoignage de respect envers nos aînés, et je vous en remercie de tout cœur.

Le 11 novembre 1918 est, et restera à jamais, l'une des dates majeures et emblématiques de notre histoire.

Celle que l’on nomme populairement et presque affectueusement « la grande guerre », figure au Panthéon des heures glorieuses et décisives qui ont tracé le destin de notre pays.

Célébrer le 11 novembre et l'Armistice de 1918, c'est commémorer la fin d'un conflit qui reste aujourd’hui encore, le plus meurtrier de l'histoire mondiale.

Une guerre, qui en 4 ans, fera plus de 18 millions de morts et 21 millions de blessés.

Mais malgré l’enfer de ces quatre longues années, dans des conditions sanitaires et climatiques inhumaines, ces hommes n’ont jamais perdu leur humanité, organisant même une forme de solidarité entre tranchées et soldats d’uniformes différents.

Leur courage et leur discipline, ont permis de sauver notre territoire et de le réunifier. A la République de s'ancrer dans le cœur de notre peuple.

Si la France a été celle qui paya le plus lourd tribut dans sa lutte contre l’envahisseur, n’oublions pas la contribution déterminante des Etats-Unis et le rôle éminent du Portugal, qui permirent de mettre un terme à cette véritable « boucherie humaine ».

Héritiers de l'histoire de France mais aussi de l’histoire mondiale, nous avons tous de générations en générations,  la responsabilité d'entretenir le souvenir de toutes les victimes, et de tous ceux dont les vies furent brisées au nom, et pour, notre liberté et notre identité.

Cela nous donne collectivement des responsabilités à l'égard de ceux qui, aujourd'hui encore, sous l’uniforme de nos armées,  risquent leur vie et, pour certains, la perdent au nom d’un idéal républicain.

Combattants de la Paix et des libertés, ils meurent en son nom, prenant ainsi place dans cette douloureuse liste des victimes que nous honorons chaque année.

N’oublions pas non plus nos policiers et nos gendarmes, qui malheureusement perdent la vie dans l'exercice de leurs fonctions, au service de notre protection contre les violences et les extrémismes qui nous menacent au quotidien.

C'est en nous battant pour la Paix, la Sécurité, la Justice, la Liberté et la Laïcité que nous sommes fidèles à la mémoire de celles et ceux qui sont tombés pour elles.

S'il y a une guerre à faire, ce n'est certainement pas celle des hommes contre d'autres hommes, mais celle contre la maladie, contre l’ignorance, contre la misère et contre la faim. »

Alain Kelyor